Acerca de

Le protocole auto-immun

L’ « AIP », ou le protocole auto-immun ?

Herbes et minéraux
Variétés de céréales
Granola Maison
Expériences en laboratoire
salade d'avocats
Assiette De Saumon
Citrus Cold Drinks
Sels de massage
Lire dehors

L’AIP est un protocole mis en place par le Dr. Sarah Ballantyne aux Etats-Unis. Il s’agit d’une approche complémentaire axée sur la nutrition dans le but de rééquilibrer la santé intestinale, mais également atteindre un équilibre hormonal et immunitaire. Néanmoins, il ne s’agit pas d’une approche uniquement alimentaire. L’AIP met également un point d’honneur sur l’hygiène de vie, la gestion du stress ainsi que les facteurs environnementaux externes et internes propices au développement d’une pathologie ou, au contraire, à la restauration d’un équilibre interne.

 

Mais plus concrètement …

 

L’AIP vise à minimiser l’inflammation au sein de l’organisme et à favoriser la régénération de celui-ci, permettant ainsi d’optimiser votre qualité de vie ainsi que votre santé. Il ne s’agit pas d’un « remède » pour sa maladie, mais d’une tentative de « redémarrer » son système, en éliminant tous les aliments et habitudes potentiellement inflammatoires, avant une réintroduction d’aliments permettant de réadapter son mode de vie à ses propres besoins et ceux de l’organisme. N’oublions pas que chaque individu est différent et a des besoins différents, aspects qui ne sont pas toujours pris en compte dans notre société moderne.

 

Pour qui ?

 

Ce protocole a été conçu à destination de personnes atteintes de maladies auto-immunes, mais également de personnes atteintes de pathologies chroniques et inflammatoires. Si vous vous sentez déboussolés, que vous avez tout essayé, que les médecins ne savent trop que vous proposer de plus afin de soulager vos symptômes… L’AIP serait un moyen de reprendre en main les rennes de votre santé et de vous sentir mieux au quotidien. 

 

Comment s’y prendre ?

 

Le régime AIP se divise en deux phases : la phase d’élimination, et la phase de réintroduction.

 

La phase d’élimination

 

La phase d’élimination dure, de manière générale, de 30 – 90 jours et consiste à supprimer de son assiette une série d’aliments inflammatoires qui sont les suivants :

Les céréales et les légumineuses : Elles contiennent une série de composants tels que des anti-nutriments empêchant un processus digestif optimal, ainsi problématiques dans le cas de maladies auto-immunes.

 

✄ Le laitage : Un bon nombre de la population a une intolérance ou une sensibilité aux produits laitiers, avec une majorité rencontrant des difficultés à digérer le lactose. De plus, les laitages contiennent des composantes pouvant inhiber la digestion. Seront éliminées toutes sources de laitages.

 

✄ Les graines : À des fins de survie tout au long de l’évolution, les graines ont développé des composantes résistant à la digestion et pouvant alimenter une inflammation sur le long terme chez les personnes plus sensibles.  

 

Les oléagineux : Aussi nutritifs qu’ils puissent être, ils contiennent des anti-nutriments difficiles à digérer pour certains, provoquant ainsi une inflammation sur le long-terme. De plus, de nombreux oléagineux sont vulnérables aux champignons qui les contaminent.

 

✄ Les solanacées : Il s’agit d’une famille incluant les tomates, les pommes de terre, les aubergines, les poivrons, le chili, les baies de goji et la nicotine.

 

✄ Les œufs : Cela concerne tous types d’œufs.

 

✄ Produits transformés et additifs : Le processus de transformation détruit un bon nombre de nutriments essentiels au bon fonctionnement de notre organisme et crée un tas d’autres composantes nocives à l’organisme. De plus, il existe un nombre important d’individus développant des réactions aux additifs et conservateurs présents dans les produits transformés.

Quelles sont les stars de l’AIP ?

 

Durant l’AIP, on s’assure d’amener à l’organisme des aliments de qualité afin de garantir une densité nutritionnelle permettant d’amener à votre corps les briques dont il a besoin pour reconstruire ses fondations.

 

 Légumes : légumes verts, légumes colorés, la famille des crucifères, les légumes-racines et encore les champignons ainsi que les légumes de mer.

 

 Huiles saines : huile d’olive, huile d’avocat, huile de coco, graisses animales… Tous constituent un apport incontournable dans la cuisine au quotidien, malheureusement un bon nombre d’huiles sont privilégiées pour leur faible prix sans pour autant réaliser leur effet néfaste sur la santé. Ainsi, nous privilégions des huiles de qualité, non-transformées et extraites à froid.

 

 Viandes et poissons : la viande, le poisson ainsi que les graisses animales de qualité constituent un pilier dans l’AIP, notamment par leur densité nutritionnelle facilement assimilable par notre organisme.

 

 Fruits : L’apport de fructose est limité à 20-30g par jour afin de permettre une régulation optimale de la glycémie.  

 

 Aliments fermentés : choucroute, kimchi, kombucha, kéfir végétal… Tous jouent un rôle dans notre flore intestinale dont la santé est primordiale, sachant que plus de 70% de notre système immunitaire se trouve dans nos intestins.

 

 Herbes fraîches et épices

 

 Mode de vie

 

Comme énoncé ci-dessus, l’AIP n’est pas seulement un régime strict. Notre santé se compose de toute une collection de facteurs, dont notre hygiène de vie quotidienne.

 

Le stress : Facteur majeur dans le bien-être au quotidien, le stress peut alimenter de nombreuses pathologies. Avoir une pathologie chronique est déjà stressant en soi, ajoutons à cela le stress du quotidien, le travail, les enfants, … Ce volet de la santé est souvent oublié, menant à une accumulation de stress et d’angoisses. Il est important d’apprendre à gérer son stress et lâcher prise dans certaines situations.

 

L’exercice physique : Il est important d’établir un équilibre : pas assez d’exercice physique nuit à la santé, mais un excès de celui-ci peut être tout aussi incriminant. Il est essentiel de redéfinir ce qu’est l’exercice physique et également prendre le temps de se reposer et savoir quand le corps a besoin d’une pause.  

 

Le sommeil : Certaines pathologies peuvent empêcher de dormir (douleurs, angoisses, etc.), d’autres pathologies clouent au lit pour 16 heures d’affilée. Pourtant, il s’agit d’un élément essentiel dans la régulation du corps et pour le bien-être psychologique (qui contribue lui également aux réactions physiques). Le corps se répare et se régénère durant le sommeil, c’est pourquoi une bonne hygiène du sommeil est un incontournable lors de maladies chroniques.

 

La nature et l’air frais : Nous sommes tous des animaux, nous respirons et nous avons besoin de la nature comme toute autre espèce. Nous ne vivons certes plus comme auparavant, mais la nature fait partie de notre héritage et se reconnecter à celle-ci est un cadeau pour le corps.

 

La communauté : Les gens qui nous entourent et notre réseau de soutien est essentiel à un état d’esprit serein. La maladie peut isoler, stresser, déprimer. C’est tout à fait compréhensible, mais il est important d’apprendre à accepter la main de l’autre, de demander de l’aide lorsque cela est nécessaire et verbaliser ses propres besoins afin d’être entouré au mieux.

 

Herbes
Milk
Patates
Verser un coup
Préparation à salade
Salade de fruits
Couple de randonnée en plein air
Lit gris avec couette

Et si l’AIP pouvait m’aider ?

Si vous souhaitez optimiser votre santé ainsi que votre qualité de vie, malgré votre maladie auto-immune (ou autre pathologie inflammatoire) en vous tournant vers le AIP, je vous invite à me contacter afin que nous puissions discuter les meilleures pistes pour vous.

Merci pour votre message !
AIP logo
Table de déjeuner